BRETAGNE :
Trois exemples bretons
de protection-valorisation
de sites naturels

 

bretagne

Photos : Lorient Agglomération – Site abbatial Saint Maurice – Éric Dougé Communication

Bien des sites naturels au sein ou à proximité de l’agglomération Lorientaise mériteraient qu’on s’y attarde… Nous vous en proposons trois : le linéaire côtier Guidel-Ploemeur, le Parc océanique de Kerguélen à Larmor-Plage, et le site abbatial Saint Maurice en bordure de la Laïta. Trois sites dont les propriétaires et les gestionnaires (Conservatoire du Littoral, Lorient Agglomération, commune de Clohars-Carnoët) développent modes de gestion et savoir-faire particulièrement originaux en matière de protection et de valorisation…

 

GUIDEL-PLOEMEUR : 12 km de linéaire côtier
métamorphosés en 10 ans

Urbanisation, stationnement anarchique, décharges sauvages, régression des dunes, enrochement… La mosaïque de milieux naturels du littoral lorientais était en souffrance depuis l’ouverture de la route côtière dans les années 50. « Ces espaces concentraient de forts enjeux de conservation combinés aux importantes fréquentation et activités touristiques, pouvant être sources de dégradations. Des années de concertation préalable ont permis de sérier les voeux parfois antinomiques des multiples usagers (riverains, promeneurs et randonneurs, cavaliers, cyclistes sportifs, cyclotouristes, baigneurs, adeptes des sports nautiques…) » rappelle Armelle NICOLAS, Vice-présidente de Lorient Agglomération chargée de la prévention des risques et de la protection des espaces naturels.

Menée de 2002 à 2010, la réhabilitation du littoral de Guidel-Ploemeur fait désormais l’unanimité, permettant l’accès au littoral tout en limitant la dégradation d’actifs naturels. 7 622 450 € (Europe, État, Région, Département, Conservatoire du littoral, Lorient Agglomération) dont 4 573 470 € d’acquisition foncière ont été levés, pour cette action de grande envergure : réhabilitation d’espaces naturels dégradés, mise en œuvre de modalités de gestion écologique des sites, information et sensibilisation des usagers, réglementation des usages.

Aujourd’hui, la métamorphose du linéaire est aussi probante que spectaculaire :

  • Les accès à la plage et les sentiers côtiers aménagés délimitent et protègent les milieux les plus fragiles.
  • En retrait de la route côtière, de nouvelles aires de stationnement accueillent les véhicules, les modes de déplacement doux (bus, vélo, marche…) sont privilégiés et l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite est assurée.
  • Des suivis botaniques permettent de décrire la dynamique de la végétation sur divers sites et offrent l’opportunité d’améliorer les opérations de restauration écologique de ces milieux. La restauration passive de la végétation montre ainsi des résultats très satisfaisants après 14 ans de mise en défens de sites littoraux fortement dégradés.

 

KERGUÉLEN : patrimoine biologique restauré,
cordon dunaire conforté

kerguelenBijou du littoral, l’anse de Kerguélen (Parc océanique sur la commune de Larmor-Plage), soustrait à l’urbanisation par Lorient Agglomération (29 ha) et le Conservatoire du littoral (66 ha), présente 1 200 m de linéaire côtier encadré par les éperons rocheux de Kerpape et Locqueltas. Mais aussi de riches milieux naturels : dunes, marais d’eau saumâtre et d’eau douce, landes, prairies naturelles bocagères, talus et bosquets, propices au développement de la flore (510 types de végétaux) et de la faune (dont 150 espèces d’oiseaux).

Depuis 1981, il fait l’objet d’opérations d’aménagement et de gestion conservatoire : 6 000 heures de travail /an dans un double objectif de reconquête du patrimoine biologique du site et d’ouverture au public, dans le respect de l’équilibre de ses riches milieux naturels.

Fauche, faucardage, pâturage extensif (par des poneys rustiques new forest), lutte contre les plantes invasives, maintien du trait de côte et autres boisements, participent de ces soins.

Dans le cadre du PAPI, Lorient Agglomération et le Conservatoire du Littoral ont mis en œuvre une solution de confortement du cordon dunaire. Cette démarche de gestion souple et durable du trait de côte consiste à ne pas fixer, mais à laisser la dune évoluer librement : érosion lors des tempêtes, rechargement en périodes calmes.

 

Un apport de 9 000 m3 de sable a été effectué fin 2014 en haut et en arrière de la dune, laquelle avance ou recule au gré des tempêtes, faisant ainsi office de pare-chocs. La restauration des accès aux plages et des cheminements et l’installation de protections en bois (brise-vent, poteaux, fil inox) canalisent l’accès du public et protègent la dune. Pour plus de détails, télécharger la plaquette « Mon Littoral-Bretagne n° 1 » (Conservatoire du Littoral) et lire page 5.

RENSEIGNEMENTS
Lorient Agglomération
CS 20001 – 56314 Lorient Cedex
WebContactEmail – Tél. 02 90 74 71 00

 

SAINT-MAURICE : abbaye, milieux naturels,
pommes et chauve-souris !

saint-mauricePropriété du Conservatoire du Littoral, le site de Saint-Maurice se niche au cœur d’une ria sauvage du fleuve côtier la Laïta, à la frontière entre Finistère et Morbihan. Géré par la commune de Clohars-Carnoët avec l’appui de l’ONF, et classé monument historique, il offre sur 123 ha une grande diversité de milieux naturels : bois (93 ha), landes, prés salés, prairies pâturées en bordure de la Laïta soumise aux marées. Mais aussi une ancienne abbaye cistercienne du XIIe siècle, dont subsistent :

•  un parc (magnolias, séquoias, ifs tricentenaires…) et son verger à pommes : plus de 40 espèces pour la production de « Cidre de Saint Maurice » et de jus de pommes
•  une salle du chapitre gothique du XIIIe siècle, le fronton de l’abbatiale, l’Orangerie (accueil-magasin-muséographie), la ferme (expos-projections) et la grange (entreposage de matériel).

Le site recèle moult trésors biologiques : drosera (petite plante carnivore), lichens, espèces protégées (asphodèle d’Aronde, cranson des estuaires)… Côté faune, une centaine d’espèces d’oiseaux (bécassine des marais, pics, mouettes et goélands l’été…) ou la loutre d’Europe. Mais depuis 2004, on associe Saint Maurice à la présence de 8 espèces de chauves-souris dont de grands rhinolophes, espèce prioritaire de la Directive européenne Faune-Flore.

La présence de ces chiroptères constitue le thème d’une des nombreuses animations proposées par la commune, sous la houlette de Gwenaël GUILLOUZOUIC, garde du littoral : « Depuis 2004, un système de caméra infrarouge nous permet d’observer leur vie – naissances de petits, allaitements, sommeil, activité, vie en groupe – dans les combles aménagés d’un grenier. 1 à 98 individus ont été vus simultanément, même si des dérangements par un rapace nocturne ont réduit l’effectif qui a dû trouver refuge alentours. Deux autres gîtes ont été construits dans nos monuments et tous les arbres à cavités pouvant les accueillir sur nos 93 hectares de boisements ont été inventoriés. Nous proposons enfin des animations spécifiques, incluant le visionnage des images et l’écoute des ultrasons des chauve-souris. » (À consulter : bilan de 5 ans du Plan national d’action en faveur des chiroptères).

Un conséquent plan de gestion et d’aménagement assure la protection de l’ensemble des patrimoines (bâti, historique, culturel, naturel, forestier…) de Saint Maurice. Sa valorisation et la sensibilisation du public passent par un copieux programme d’animations participant de l’attractivité croissante du site (10 000 personnes en 2015), ouvert au public d’avril à novembre :

  • une muséographie qui scénographie ce que pouvait être le site jadis
  • les audioguides pour une visite-jeu de piste d’1h30 en 17 stations
  • des ballades nature et visites guidées pour tous, en famille, en groupe
  • des animations pédagogiques pour les scolaires et les centres de loisirs
  • des expositions temporaires dont « Hospitalités » en 2015 (10 artistes contemporains sur le thème de la biodiversité)
  • la boutique/librairie : livres et cartes postales – vente de cidre fermier et jus de pomme – peluches et livrets consacrés aux chauves-souris…

RENSEIGNEMENTS
Site abbatial de Saint Maurice (Réouverture le dimanche 3 avril 2016)
Saint Maurice – 29360 Clohars-Carnoët
WebContactEmail – Tél. 02 98 71 65 51