Agir face au changement climatique n’est pas une option, mais une obligation pour notre planète ! Toutefois, en sous-texte de l’action des “gilets jaunes”, on ne peut déconnecter l’inéluctable transition écologique de la tout aussi indispensable justice sociale, énergétique et fiscale, qui questionne notre modèle politique, économique et sociétal…

Pour leur part, les réseaux d’espaces naturels protégés – Parcs naturels régionaux de France, Conservatoires d’espaces naturels, Réserves Naturelles et Rivages de France – agissent depuis des décennies au plus près du terrain, des collectivités et leurs élus, des acteurs locaux et de la population pour la protection de la nature et l’intégration de la biodiversité dans le développement durable des territoires. Pour le bien être des habitants aujourd’hui et demain.

Les élus locaux, bénévoles et 4 000 salariés de nos équipes oeuvrent au quotidien pour réussir la transition écologique “sur le terrain”, où nos membres agissent chaque jour concrètement en contribuant à la sensibilisation et à la mobilisation des acteurs, au plus près des réalités des filières socio-professionnelles et des citoyens.

À ce titre, nos réseaux ne manquent pas de se faire entendre auprès des pouvoirs publics. Dernières illustrations :

  • notre consultation par le ministre de la Transition Écologique et Solidaire, sur la création du nouvel établissement unique pour la biodiversité, reprenant les missions de l’AFB et de l’ONCFS. Nous avons souligné l’urgence de porter l’ambition d’un tel établissement à son niveau le plus haut, pour faire face aux crises imbriquées de la biodiversité et du climat ;
  • nos contributions pour la mise en oeuvre du plan ministériel “biodiversité”. Dans ce cadre, Rivages de France a souligné un point de vigilance quant à la problématique des moyens : protection et gestion étant étroitement liées, la capacite de la collectivité à financer la gestion doit être prise en compte et aidée !

Rivages de France vient d’ailleurs de concrétiser un long travail collaboratif sur les moyens financiers de la gestion avec le Conservatoire du littoral, notamment par :

  • l’édition du Guide du financement innovant et durable de la gestion (retours d’expériences et 10 recommandations) ;
  • des rencontres régionales dédiées et qui vont se poursuivre dans les mois à venir ;
  • l’animation de l’atelier Quelle gestion innovante des espaces naturels littoraux pour répondre aux enjeux actuels, lors des Journées nationales d’études de l’ANEL d’octobre 2018 au Havre.

Notre association s’est en outre concrètement emparée de la problématique du réchauffement climatique et de l’érosion côtière avec :

  • la constitution d’une bibliographie et la conduite d’entretiens qualitatifs sur l’adaptation (technique et juridique) au changement climatique ;
  • l’organisation d’une 1re rencontre régionale thématique en Bretagne, le 5 décembre à l’Île-Tudy (Finistère), avec près de 100 participants;
  • la mise en oeuvre d’un nouveau service d’assistance technique aux adhérents concernés par l’érosion côtière…
Agir au plus près de vos préoccupations de gestionnaires, aller à votre rencontre sur vos territoires, notamment par l’organisation de nos rencontres régionales très appréciées et fréquentées : c’est la marque de fabrique de Rivages de France ! Nous allons intensifier ces rencontres pour favoriser vos échanges d’expériences, faire remonter vos attentes et nous en saisir toujours mieux, par le portage politique de vos enjeux, la mise en oeuvre d’actions et services exclusifs, la création de guides pratiques, le développement de notre communication numérique.

Des enjeux à relever, des moyens à pérenniser, des leviers à actionner, des rencontres à programmer : l’année 2018 bien remplie s’achève à peine que déjà s’annoncent nos denses perspectives 2019… pour laquelle je vous présente les meilleurs voeux de Rivages de France !