RIVAGES DE FRANCE au Havre : Une AG et un atelier animés !

En octobre dernier, RIVAGES DE FRANCE a tenu son assemblée générale annuelle et animé un atelier sur le financement de la gestion dans le cadre des 40 ans de l’ANEL au Havre

Une situation financière saine, des adhésions en progression, l’intensification du portage politique, le développement d’actions, la mise en œuvre de nouveaux outils : l’AG 2019 a validé la dynamique RIVAGES DE FRANCE (tous les détails) et fourni aux présents l’occasion de débats nourris autour de divers enjeux…

Faire entendre la voix, les attentes et les actions des gestionnaires et des partenaires de la gestion

C’est un impératif pour RIVAGES DE FRANCE et les autres réseaux de protection des espaces naturels*, pour que les questions littorales soient toujours plus prégnantes dans les politiques publiques de l’État et des collectivités territoriales. La participation à la Conférence des aires protégées (CAP), les contributions à la stratégie biodiversité du gouvernement, la revendication a minima d’un siège dans la gouvernance du futur établissement fusionnant l’AFB et l’ONCFS… vont dans ce sens.

* Parcs naturels régionaux de France, Conservatoires d’espaces naturels, Réserves Naturelles, Grand Sites de France

S’agissant du financement de la gestion, le travail collaboratif avec le Conservatoire du littoral, l’édition du Guide du financement innovant et durable, les réunions régionales, l’atelier animé dans le cadre des Journées de l’ANEL… constituent autant d’initiatives portées par RIVAGES DE FRANCE. Il ne s’agit pas que de réclamer des moyens, mais aussi de démontrer les bénéfices que peuvent retirer nos territoires d’une gestion naturelle de nos espaces, de faire valoir ce que leur apporte la biodiversité.

Dans le cadre des 40 ans de l’ANEL, Didier RÉAULT, président de RIVAGES DE FRANCE et Hubert DEJEAN DE LA BATIE, vice-président du Conseil régional de Normandie, ont co-présidé l’atelier “Les espaces naturels littoraux : un atout pour l’avenir. Quelle gestion innovante pour répondre aux enjeux actuels ? Nouveaux usages, nouvelles ressources, nouvelle gouvernance ?” Des membres de notre association – Robert CRAUSTE, maire du Grau du Roi et Stéphane HAUSSOULIER, président du syndicat mixte Baie de Somme grand Littoral Picard – figuraient parmi les intervenants.

Et ces journées ont permis un bref échange entre Didier RÉAULT et le 1er ministre Édouard PHILIPPE, ancien maire du Havre, attentif aux problématiques liées à la mer et aux littoraux !

Prendre en compte le changement climatique, l’érosion côtière, la GEMAPI

La GEMAPI doit être mise en œuvre par les collectivités, dont la culture est plus à l’infrastructure qu’aux espaces naturels pour prévenir les inondations. Élus, fonctionnaires, vont devoir changer de mentalité et d’habitudes. Les agences de l’eau, qui financeront, commencent à considérer les solutions fondées sur la nature : restauration de berges, zone d’expansion des crues, continuités écologiques, désimperméabilisation des sols …

L’étude UICN sur le cordon dunaire aquitain donne des pistes : il y a le coût de ce que l’on investit, le bénéfice que l’on peut en retirer et le coût que l’on évite en gérant mieux. RIVAGES DE FRANCE a par ailleurs entrepris, avec l’appui de stagiaires, un premier travail sur l’adaptation (technique et juridique) au changement climatique. Un travail qui, abondé par des retours d’expériences et des journées régionales (la 1re s’est tenue en Bretagne, à l’Île-Tudy, le 5 décembre dernier), pourrait aboutir à terme à un recueil des attentes de nos adhérents gestionnaires.