La méthode appliquée dans le cadre du projet LIFE Baie de l’Aiguillon

Dans le cadre du programme LIFE – Programme européen (60%) de 2016 à 2020 pour un montant de 2 317 727 € -, une des actions vise à comprendre, restaurer et partager l’écosystème de la baie de l’Aiguillon.

Améliorer les conditions d’accueil du public, remettre en état des espaces naturels, protéger les milieux dunaires… autant d’enjeux supposant la mise en oeuvre d’actions complémentaires :

Enquête Fréquentation touristique estivale (2016) pour orienter les aménagements, émettre des recommandations concrètes.
Restauration et protection d’habitats dunaires (2018) : pose de ganivelles et de fils lisses, gestion des blocs bétons, abattage d’arbres… Près de 150 enquêtés, à 50 % de proximité, à fort intérêt pour la nature, fréquentent assidument le site et sont majoritairement pour rendre son accès plus naturel et le repositionnement plus éloigné du parking.
Suivis biologiques : avifaune au printemps (mâles chanteurs, gravelot à collier interrompu) ; relevés de végétation…
Sensibilisation du public : panneau d’informations sur site ; colloque international Adaptation des marais littoraux au changement climatique, les 27, 28 et 29 novembre à l’Espace Encan de La Rochelle.

Si les aménagements actuels favorisent le maintien des habitats dunaires et la fréquentation, l’érosion reste toujours marquée à l’extrémité de la pointe. Alors quid de l’avenir du site ?

La renaturation de la Pointe de l’Aiguillon, concertée avec les partenaires, pourrait ainsi permettre de prendre en compte l’effacement des bâtiments, le parking, la défense contre la mer (la Pointe peut être un point bas), une réflexion sur un projet d’ensemble (milieu dunaire, zone solidarité et bassin)…

Loïc CHAIGNEAU et Alain TEXIER, chargés de mission Environnement au Parc naturel régional du Marais poitevin, responsables du Programme LIFE Baie de l’Aiguillon
Tél. 05 49 35 15 20CourrielInternet