Les gestionnaires considérés, mobilisés et mieux armés

Déclaration finale du Congrès mondial de la nature de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) auquel je participais en septembre dernier, le Manifeste de Marseille, focalise sur trois thèmes principaux : 

• un cadre post 2020 pour la conservation de la biodiversité, qui sera adopté par les parties à la COP 15 Biodiversité en mai 2022 ; 

• l’importance de la nature dans la reprise mondiale post-pandémie et la nécessité de transformer le système financier mondial pour orienter l’investissement vers des projets positifs pour la nature ; 

• la lutte contre le changement climatique pour réduire fortement les émissions des énergies fossiles et développer les solutions fondées sur la nature. 

Dans le cadre de ce Congrès, j’ai été appelé à intervenir sur la gestion des déchets abandonnés, l’impérative mobilisation pour les Zones Humides ou encore les solutions fondées sur la nature. Mais je tiens surtout à saluer l’entrée enfin actée des collectivités territoriales, volontaires et actives sur la biodiversité*, dans la gouvernance de l’UICN ! 

J’intervenais d’ailleurs en amont du congrès à une table-ronde d’ICO Solution sur le thème “Zones humides et lagunes méditerranéenne : La gouvernance au service de la restauration et de la valorisation”. En effet, s’agissant de gouvernance, nous sommes bien placés à Rivages de France pour savoir que c’est à l’échelle des territoires que de nombreux leviers d’action sont actionnés et que des initiatives concrètes de protection et de restauration sont engagées avec volontarisme et créativité ! 

* L’action territoriale, socle de la préservation de la biodiversité – Déclaration des réseaux de collectivités territoriales à l’occasion du Congrès mondial de la nature Marseille, le 8 septembre 2021 

Nous y reviendrons lors de nos prochains rendez-vous institutionnels : conseil d’administration (visioconférence le 12 octobre) et assemblée générale (23/24 novembre à Marseille). Ceux-ci vont notamment nous permettre de faire un point d’après-saison estivale sur nos projets et actions, par exemple en termes de gestion du sentier du littoral, de poursuite de la promotion du nettoyage raisonné des plages ou encore de maîtrise de la fréquentation… 

S’agissant de cette dernière thématique, à laquelle je suis particulièrement confronté ès président du Parc national des Calanques, Rivages de France s’en est résolument emparée et va l’abonder triplement via : 

  • le cas d’école « RIVAGES de FRANCE : comment concilier tourisme durable et gestion de sites naturels sensibles ? », étude conduite par Excelia Group et éditée début septembre ; 
  • l’organisation d’une rencontre régionale dédiée en Bretagne le 14 décembre prochain ; 
  • la mise en oeuvre à suivre d’un nouveau Guide de Rivages de France à paraître courant 2022. 

Je ne saurais conclure ce mot sans évoquer les “30 ans de RIVAGES DE FRANCE” que nous souhaitions célébrer de façon festive et projective. De contraintes en reports liés au contexte sanitaire, nous avons pris avec regret mais sagesse la décision d’annuler cet évènement… mais pas les outils pérennes que nous projetions de dévoiler à cette occasion ! 

Ainsi, nous sommes heureux d’annoncer l’avènement incessant de nouveaux outils pensés “pour et sur nos adhérents” : l’édition du futur annuaire des adhérents de RIVAGES DE FRANCE et la mise en ligne du nouveau site internet www.rivagesdefrance.org

Encore mieux armés, RIVAGES DE FRANCE et ses adhérents n’en seront que plus mobilisés et efficaces pour optimiser la protection et la valorisation de nos exceptionnels littoraux… 

Didier RÉAULT
Président de Rivages de France