Enjeux financiers

Gestion financée, littoral préservé !

La gestion des espaces naturels a un COÛT ! Les adhérents de Rivages de France en savent quelque chose, eux qui conjuguent volonté politique et efforts financiers pour pérenniser la gestion de leurs espaces naturels littoraux et lacustres préservés, en métropole et outre-mer. Le jeu en vaut la chandelle : ces espaces exceptionnels, auxquels nous sommes profondément attachés, apportent d’incontestables BÉNÉFICES - environnementaux, sociaux, économiques, touristiques... - à nos territoires. Ils concernent directement 15 millions d’habitants et touristes, et d’ici 2040, 1,5 million de résidents supplémentaires sur le littoral...

Nous, gestionnaires et partenaires de la gestion, n’en sommes pas moins confrontés à une inextricable équation, entre contraintes budgétaires limitant notre marge de manœuvre, accroissement annoncé des surfaces du Conservatoire du littoral à gérer (d’ici 2050, 320 000 hectares - soit 110 000 ha de plus qu’aujourd’hui - seront placés sous la responsabilité du Conservatoire du littoral. ce qui se traduira mécaniquement par l’augmentation globale de nos charges de fonctionnement), mais aussi nouveaux usages et exigences évolutives des populations et visiteurs de nos territoires... Rappelons les moyens se concrétisent notamment par l’emploi d’agents techniques - gardes du littoral - chargés d’entretenir et de surveiller les sites, d’y accueillir et sensibiliser le grand public…

Alors, si nous ne pourrons certes pas gérer “plus avec moins”, nous pouvons tenter de gérer “différemment”. Volontaristes, nous nous sommes donc mobilisés, avec le Conservatoire du littoral, afin d’explorer toutes solutions envisageables pour permettre à nos adhérents de poursuivre leur indispensable mission de préservation.

Les espaces naturels drainent une fréquentation touristique en progression constante, générant des bénéfices économiques pour le territoire. Une réalité qu’il est bon de rappeler aux décideurs et financeurs parfois enclins à remettre en cause le financement du fonctionnement de la gestion, alors que preuve est faite de son réel impact dans l’économie locale.

En 2017-2018, nous avons réalisé un conséquent travail : enquête, étude, recueil d’expériences ; rencontres régionales dédiées, temps forts institutionnels décentralisés sur les territoires auprès de nos adhérents.

En résultent des pistes d’actions concrètes et innovantes : valoriser économiquement l’exploitation des sites, tendre vers davantage de naturalité, mutualiser et coopérer… Un Guide a été réalisé, formalisant “10 propositions” pour porter cette nouvelle approche de gestion auprès de vous, gestionnaires et partenaires de la gestion, afin de permettre aux gestionnaires et leurs partenaires d’acquérir les connaissances et de développer les compétences nécessaires.

En parallèle, nous interpellons régulièrement le ministère de la Transition écologique et solidaire, l’invitant d’une part, à considérer notre problématique avérée et à prendre acte de notre volontarisme concret pour y faire face ; d’autre part à étudier toutes mesures financières et réglementaires d’accompagnement de notre action d’intérêt général.