Climat – érosion côtière

Face au changement climatique, préservons, gérons et développons les espaces naturels !

Placer les espaces naturels littoraux et lacustres au cœur de la démarche d’adaptation des territoires au changement climatique : ce positionnement affirmé, Rivages de France le soutient pour apporter à terme aux gestionnaires des compétences ad hoc…

Les espaces naturels littoraux et lacustres préservés jouent un rôle primordial d’atténuation des risques d’érosion côtière et de submersion marine, aléas s’intensifiant avec le réchauffement climatique rapide de la planète : l’élévation du niveau marin, l’intensification des phénomènes météo-marins ont déjà eu et auront encore plus de conséquences directes sur le littoral. Au regard des incontestables bénéfices que les espaces protégés apportent à nos territoires, Rivages de France s’est donc fixé l’objectif de transmettre aux gestionnaires les compétences nécessaires pour maintenir durablement une gestion de qualité des sites naturels, dans le cadre des politiques publiques dont le Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC). Car pour l’heure, difficile pour un gestionnaire de maîtriser « la » formule adaptée à son territoire ou d’y voir clair dans l’empilage des règlements et normes (loi littoral, GEMAPI, PNACC…) encadrant le littoral et sa gestion ! Rivages de France s’est assuré en 2018 le concours de deux stagiaires, étudiantes à l’Université de La Rochelle, pour conduire préalablement une vaste investigation :

  • un stage sur les actions d’adaptation mises en place par les collectivités et associations gestionnaires, précisant les impacts du changement climatique sur leurs espaces naturels, les atouts de ces espaces pour le territoire, les modalités de gestion adaptative s’il y en a, les besoins de professionnalisation et d’accompagnement…

  • un stage sur les outils juridiques à disposition des collectivités et des associations gestionnaires, favorisant l’adaptation au changement climatique. L’état des lieux de ces outils et de leur application vise à cerner leur efficacité, les difficultés qu’ils engendrent, les manques qui persistent.

La bibliographie rassemblée et des entretiens qualitatifs (de mars à juin 2018) avec les membres du réseau permettront à Rivages de France de collecter un maximum de données. Puis de définir et d’engager à terme des actions appropriées (module de formation, rencontre régionale, séminaire…). “Nul n’est besoin de faire de la terre un paradis : elle en est un. À nous de nous adapter pour l’habiter”, écrivait Henri MILLER en 1945, dans Le cauchemar climatisé. Dont acte !